Partenaires stratégiques

Carte du monde

Grâce à des liens entre chercheurs, des ententes au niveau institutionnel, et des contrats de recherche avec des entreprises et agences, l’uOttawa profite d’un nombre vaste de partenariats bien établis à travers le monde. En allant de l’avant, le Bureau de la recherche internationale continuera à développer des relations avec partenaires d’exceptions et à soutenir les objectifs internationaux de la communauté de recherche d’uOttawa.

Chine

L’Université a établi des relations variées avec les établissements de recherche chinois. Au cours des dernières années, le cabinet du vice-recteur à la recherche a créé des liens avec des universités, des administrations municipales et des investisseurs. Voici quelques-uns de nos partenaires-clés en Chine :

Académie des sciences de Chine

L’Université d’Ottawa a établi un partenariat privilégié avec l’Académie des sciences de Chine par la signature d’un protocole d’entente en 2005. L’accord, qui visait initialement l’obstétrique, s’est rapidement étendu à d’autres domaines clés du savoir comme la biologie systémique, la photonique, l’ichtyobiologie et les sciences sociales.

À l’occasion du dixième anniversaire du partenariat, en septembre 2015, l’Université d’Ottawa et l’Académie des sciences de Chine ont signé quatre nouveaux protocoles et ont inauguré un laboratoire conjoint en hydrobiologie, de même qu’un centre de recherche conjoint. Le même jour, l’Université d’Ottawa a décerné un doctorat honorifique à Bai Chunli, président de l’Académie des sciences de Chine, en reconnaissance de sa prestigieuse carrière.

 

Université Jiao Tong de Shanghai

En octobre 2013, l'Université d'Ottawa et l'UJTS ont lancé l'École conjointe de médecine Ottawa–Shanghai. En septembre 2015, l'uOttawa a acueilli le premier groupe d’étudiants en médecine de l’UJTS. En octobre 2015, l'École conjointe de médecine a ouvert la première clinique de médecine familiale de style canadien en Chine. Afin de soutenir les activités de recherche en médecine et en formation médicale, l'uOttawa et l'UJTS ont mis en place un important fonds commun de recherche.

 

Université normale de Chine centrale

L’Université d’Ottawa et l’Université normale de Chine centrale (aussi connue sous le nom d’Université normale Huazhong) ont forgé un partenariat solide en chimie; le protocole d’entente signé en 2014 a officialisé les collaborations de recherche existantes en chimie organique et en catalyse. Cette entente vise à faciliter la mobilité des chercheurs, à obtenir des fonds externes et à faire en sorte que chaque établissement organise en alternance un symposium annuel. Enfin, elle crée le Centre conjoint de recherche en synthèse et en catalyse, qui a pour but de faciliter la recherche sur la catalyse photoredox en lumière visible et les réactions d’amination.

Allemagne

L'Université a de multiples liens avec les institutions allemandes allant de collaborations individuelles entre chercheurs à de grandes initiatives et de partenariats institutionnels. Voici quelques exemples de réalisations récentes.

Des chercheurs et des instituts allemands célèbrent la chimie sur le campus

Les 2 et 3 mai, l’Université d’Ottawa a organisé une série d’activités pour souligner la venue du professeur Holger Braunchschweig, directeur du Département de chimie inorganique de l’Université Würzburg, en Allemagne, et récipiendaire du prestigieux prix Gottfried-Wilhelm-Leibniz. Le lauréat de la plus importante distinction décernée par le Conseil allemand de la recherche (DFG) est invité à présenter ses recherches novatrices sur la scène internationale.

La visite du professeur à l’Université s’est amorcée le 2 mai en matinée avec des présentations de candidats au doctorat issus de sept groupes de recherche distincts en chimie. En après-midi, le chercheur a pris part à une conférence scientifique internationale de haut niveau, organisée en parallèle par le Centre de recherche sur les matériaux de pointe de l’Université d’Ottawa.

Pour conclure la conférence et marquer l’ouverture du séminaire Leibniz, Sylvain Charbonneau, vice-recteur associé à la recherche, s’est adressé aux participants et a invité Elisabeth Hornung à prendre la parole. La première secrétaire de l’ambassade d’Allemagne a abordé les nombreux liens qui unissent l’Université d’Ottawa et diverses institutions allemandes, soulignant l’importance de la collaboration germano-canadienne sur le plan scientifique. Annette Doll-Sellen, directrice des bureaux du DFG à New York, a quant à elle parlé de l’importance et de l’histoire du prix Leibniz. Le professeur Holger Braunschweig a enchaîné en présentant sa conférence, « Turning boron chemistry on its head: The unusual chemistry of boron in low oxidation states ». Le public s’est montré impressionné par l’originalité scientifique de la recherche du professeur Braunschweig, de même que par la modernité des recherches en chimie réalisées sur le bore à l’Université Würzburg, qui a récemment fondé un institut axé sur la chimie durable, la catalyse et le bore.

 

Soirée de réseautage en science et technologie

Le 11 avril 2017, le Cabinet de la vice-rectrice à la recherche tenait au pavillon Alex-Trebek une soirée dynamique de réseautage en science et en technologie. Un vif succès, l’événement réunissait notamment des représentants de l’Union européenne et des ambassades de France, d’Allemagne, d’Italie, du Japon, de Norvège, de Suisse et du Royaume-Uni, qui y ont offert des présentations par affiche sur leurs priorités nationales en matière de science et de recherche.

Près d’une centaine de chercheurs, membres du personnel et hauts dirigeants de l’Université d’Ottawa ont profité de ce moment pour discuter de potentielles collaborations internationales en sciences et des possibilités de financement offertes par les organismes subventionnaires internationaux.

Dans son mot d’ouverture, Mona Nemer, vice-rectrice à la recherche, a souligné l’importance pour l’Université d’entretenir d’excellentes relations avec les ambassades; Jacques Frémont, recteur de l’Université d’Ottawa, a lui aussi tiré parti de l’occasion pour s’entretenir avec des membres du milieu diplomatique.

De nombreux contacts prometteurs ont été noués lors de cette activité agrémentée de vin et de fromages. La rétroaction uniformément positive reçue à la suite de cette soirée pavera assurément la voie à d’autres événements du même genre.

 

Fondation Alexander Von Humboldt

Le 5 mai, 2016, le président de la Fondation allemande Alexander-von-Humboldt, Dr. Helmut Schwarz, a visité l'Université d'Ottawa. Dr. Schwarz, chimiste de formation, a animé un séminaire au département de chimie. Il a également prononcé un discours sur les relations de recherche germano-canadiennes, suivie par les remarques du professeur Robert Boyd, un récipiendaire de la Bourse Alexander von Humboldt. La Fondation offre une multitude de programmes pour les chercheurs à tous les stades de leur carrière, du chercheur postdoctoral au chercheur chevronné internationalement reconnu. Chaque année, la Fondation accorde plus de 700 bourses de recherche, principalement aux universitaires en sciences naturelles et en sciences humaines. Les bourses de la Fondation sont considérés comme parmi les prix les plus prestigieux et généreux en Allemagne.

 

Société Max-Planck

L’Université d’Ottawa et l'Institut Max-Planck pour la science de la lumière à Erlangen ont développé une collaboration scientifique au moyen d’ateliers internationaux et de projets de recherche collaborative.  Afin d’officialiser cette collaboration, les deux établissements ont signé un accord de partenariat dans le domaine de la photonique, de l'optique non linéaire et de l'optique quantique en 2012. Sur la base de cette entente, le Centre Max-Planck–Université d’Ottawa en photonique extrême et quantique a été lancé en mai 2015. La cérémonie de dévoilement a eu lieu le 13 avril, 2016, en présence du Dr. Martin Stratmann, président de la société Max Planck.

Dr. Stratmann a eu l'occasion de rencontrer Allan Rock, et des représentants de haut niveau des organismes pour les sciences et de l'innovation au cours d'un déjeuner organisé par le Vice-rectorat à la recherche. Il a également rencontré des membres du corps professoral de l’Université d’Ottawa qui ont des liens avec des institutions Planck Max en Allemagne.

Avec un budget annuel de 1,7 milliard d'euros, le MPS est reconnu internationalement pour ses recherches de très haut niveau. Elle est avec 18 lauréats d'un des deux seuls établissements non américains dans le premier rang d'élite qui produit des lauréats du prix Nobel.

 

Initiative canado-allemande sur la gouvernance, la citoyenneté et la démocratie

Après une rencontre tenue en 2012 entre les recteurs du U15 et leurs homologues allemands à Berlin, le recteur Allan Rock a accepté de diriger l’initiative canado-allemande sur la gouvernance, la citoyenneté et la démocratie en collaboration avec l’Université de Bielefeld. Le premier atelier exploratoire, tenu en 2013 à Bielefeld, a ouvert la porte à un second atelier qui a coïncidé avec le Congrès annuel de la Fédération des sciences humaines du Canada, dont l’Université d’Ottawa était l’hôte en 2015. Cet atelier a été offert grâce à l’appui du vice-rectorat à la recherche, en collaboration avec l'Agence allemande de la recherche (DFG) et l’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD). Un des co-présidents de l’atelier a été invité à donner une causerie Voir grand au cours du Congrès, intitulée « Intégration et citoyenneté en Amérique du Nord et en Europe : des chemins différents, une destination identique? »

 

Conférence Leibniz

L’Université d’Ottawa, le Conseil allemand de la recherche (DFG) et l’Ambassade d’Allemagne ont invité Rainer Forst, récipiendaire du prix Gottfried Wilhelm Leibniz et professeur de théorie et de philosophie politique à l’Université Goethe de Francfort, à donner une conférence intitulée « Toleration and Democracy ». Le prix Leibniz est le plus prestigieux prix remis en Allemagne pour l’excellence en recherche. L’Université d’Ottawa et le DFG poursuivent leur collaboration en vue d’organiser une série de conférences Leibniz sur le campus.

France

L’Université a une longue histoire de partenariats avec des établissements français qui ont permis de tisser des liens étroits avec universités et instituts de recherche français. De plus, le vice-rectorat à la recherche travaille en étroite collaboration avec l’ambassade de France pour gérer le Fonds France-Canada pour la recherche. Nous vous présentons ici quelques-uns de nos partenariats stratégiques avec la France.

Centre national de la recherche scientifique

L’Université d’Ottawa, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’Université de Lyon, l’Ecole Normale Supérieure de Lyon ont formalisé, le 17 avril 2014 à Ottawa, la création du LIA FUN-CAT — catalyse fondamentale pour la chimie verte. 

Ce partenariat novateur favorise la mise en commun de ressources humaines et matérielles entre les établissements. L’entente appuie également les échanges étudiants aux cycles supérieurs et les publications conjointes.

 

Université de Lyon

En 2014, l’Université d’Ottawa et l’Université de Lyon ont signé un protocole d’entente général pour créer une alliance universitaire internationale. Les deux universités developpent des projets de recherche conjoints auxquels participent des organisations nationales, des entreprises des secteurs publiques et privés et d’autres partenaires universitaires. Le protocole d’entente appuie plusieurs projets, dont les Stages d’été en recherche à l’international pour étudiants du premier cycle (SERI), qui permettent aux étudiants de l’Université d’Ottawa de faire un stage dans les laboratoires de recherche de l’Université de Lyon. La série de conférences Bromley est un autre exemple de collaboration qui a débuté en 2005 entre l’Université d’Ottawa et l’Université George Washington, et qui s’étend maintenant aux étudiants de l’Université de Lyon. Ensemble avec leurs pairs de l'Université d'Ottawa et l’Université George Washington, les étudiants de UdeL profitent des rencontres avec des éminents conseillers politiques en sciences et technologies de partout dans le monde.

 

Université Paris-Descartes

En 2014, l’Université d’Ottawa et l’Université Paris-Descartes ont renouvelé l’entente qu’elles avaient conclue en 2009 et ont ainsi officialisé leur collaboration en recherche et en formation postdoctorale en neuroscience. Cette entente, qui réunit des équipes de l'Institut de recherche sur le cerveau et le psychisme de l’Université d’Ottawa et de l’Institut des neurosciences et de la cognition de l’Université Paris‑Descartes, vise à faire progresser les objectifs scientifiques et à partager des plateformes technologiques de pointe. Le programme de formation aux cycles supérieurs, qui prévoit l’échange d’étudiants et de stagiaires postdoctoraux, donne aux chercheurs de chaque université la possibilité d’acquérir de nouvelles compétences.

États-Unis

Les chaires de recherche Fulbright

Le partenariat entre Fulbright Canada et l’Université d’Ottawa a pris de l’expansion au cours des dix dernières années, et comprend maintenant six chaires de recherche au sein de plusieurs centres et instituts à uOttawa.

Plus d’info sur les chaires de recherche Fulbright

 

Stratégie d’engagement

Le Bureau de la recherche internationale (BRI) s’engage à aider les chercheurs de l’uOttawa à trouver de nouvelles opportunités pour collaborer avec des institutions américaines de hauts niveaux. Le BRI est ainsi en train de développer une stratégie d’engagement avec les États-Unis afin de guider nos activités dans les prochains trois à cinq ans.

 

Collaborations avec les États-Unis

Merci de bien vouloir nous laisser savoir à propos de vos collaborations passées, actuelles et futures avec des partenaires américains. Veuillez utiliser le formulaire suivant :

Haut de page