Les nouvelles Chaires de recherche du Canada consolident l’expertise de l’Université d’Ottawa en santé et sciences humaines numériques

Publié le jeudi 3 mai 2018

 les professeurs Kin Chan, Constance Crompton, Damien D'Amours, Julie St-Pierre et Tracy Vaillancourt

De gauche à droite : les professeurs Kin Chan, Constance Crompton, Damien D'Amours, Julie St-Pierre et Tracy Vaillancourt, titulaires des nouvelles Chaires de recherche du Canada

L’Université d’Ottawa a obtenu cinq nouvelles Chaires de recherche du Canada dont les travaux se concentreront sur d’importants enjeux sociétaux.

Les nouvelles chaires élargiront l’étendue de la recherche et de l’expertise à l’Université d’Ottawa en misant sur des approches novatrices pour comprendre et traiter le cancer, préserver la santé mentale et fournir un contexte aux données liées.

« Grâce au soutien généreux du programme de Chaires de recherche du Canada, l’Université d’Ottawa est en mesure d’offrir un environnement hautement favorable aux recherches des scientifiques les plus accomplis au pays et au monde », affirme Sylvain Charbonneau, vice-recteur à la recherche.   

Voici les titulaires des nouvelles Chaires de recherche du Canada :

Kin Chan – Chaire de recherche sur la base moléculaire de la cancérogenèse

Les recherches de Kin Chan jettent un nouvel éclairage sur les mutations génétiques en cas de cancer. L’information ainsi recueillie pourra forcer la mise en place de politiques pour réduire les expositions environnementales dommageables et mener à des diagnostics plus détaillés au niveau moléculaire, ainsi qu’au développement de thérapies personnalisées.

Constance Crompton – Chaire de recherche du Canada en humanités numériques

Constance Crompton veut transmettre aux utilisateurs du Web le super pouvoir des sciences humaines : la compréhension du passé pour améliorer l’avenir. En cette ère de déluge informationnel, les universitaires, les politiciens, les décideurs, les éducateurs, les étudiants et les citoyens devraient avoir accès à des informations fiables, présentées dans leurs contextes historiques. Or, rien ne permet encore de faire la synthèse de cette quantité vertigineuse d’informations fiables. Selon la professeure Crompton, les données liées pourraient bien combler ce vide. Ses recherches sur la création et la mobilisation de ces données contribueront à transformer les usagers du Web en superhéros des sciences humaines.

Damien D’Amours – Chaire de recherche du Canada en dynamique de la chromatine et architecture des génomes

Les recherches de Damien D’Amours mèneront à une meilleure compréhension de la façon dont les cellules perturbent l’architecture des génomes pour favoriser la formation de cancer. À l’aide de techniques à la fine pointe en protéomique et en imagerie cellulaire, le professeur D’Amours souhaite mettre au jour les mécanismes qui se trouvent au cœur de l’organisation du génome lors du cycle des cellules normales et cancéreuses.

Julie St-Pierre – Chaire de recherche du Canada en métabolisme du cancer

Le cancer du sein demeure le cancer le plus répandu chez les Canadiennes et le deuxième responsable de toutes les morts dues au cancer. L’objectif de Julie St-Pierre est de développer des stratégies métaboliques pour cibler les cancers du sein plus difficilement traitables et présentant le plus faible taux de survie chez les patientes. Elle espère améliorer les chances de survie des patientes en combinant les thérapies métaboliques à d’autres médicaments contre le cancer.

Tracy Vaillancourt – Chaire de recherche du Canada sur la santé mentale dans les écoles et la prévention de la violence

Entre 15 et 20 % des enfants au Canada souffrent de troubles de santé mentale graves qui entraînent une détresse évidente et une diminution des facultés. Les troubles de santé mentale chez les jeunes forment la plus grande part du fardeau dû à la maladie et représentent chez les adultes la principale cause d’invalidité. Les recherches de Tracy Vaillancourt portent sur les effets à long terme de l’intimidation sur la santé mentale et la réussite scolaire et visent à mieux cibler les efforts de prévention et d’intervention. 

Les titulaires de Chaires de recherche du Canada se consacrent à l’excellence en recherche dans leur domaine respectif. Leurs travaux contribuent à renforcer la compétitivité du Canada sur la scène internationale et la réputation de l’Université d’Ottawa en recherche.

Haut de page