Joël Beddows

Carte électronique

Joël Beddows
Professeur

Bureau : 613-562-5800 poste 1267

Courriel professionnel : jbeddows@uOttawa.ca

Joël Beddows

Biographie

Faculté des arts
Département de théâtre

Portée de la recherche

  • Limites de la mise en scène comme langage autonome
  • Rapports qui lient le théâtre aux autres formes d'art (poésie, musique, arts visuels, etc.)
  • Rôle du mythe et du référent historique dans la pratique franco-ontarienne
  • Étude comparative des théâtres franco-canadiens avec des pratiques ayant émergé dans des contextes semblables
  • Histoire du texte dramaturgique en Ontario français

Pertinence de la recherche

C'est au sein même des formes artistiques sans cesse plus recherchées que l'on peut cerner, en filigrane, la nouvelle complexité des identités franco-ontarienne et franco-canadienne – ou le détachement progressif de ces dernières par certains artistes –, des identités culturelles qui résistent clairement aux définitions univoques d'autrefois. Ces particularités restent à étudier, puisque les contraintes démographiques auxquelles font face les communautés francophones, tout comme la géographie particulière du Canada, déteignent toujours systématiquement sur l'ensemble des activités de ces collectivités. Certains créateurs s'en servent toujours comme source principale d'inspiration, tandis que d'autres les ignorent sciemment au moment de concevoir leurs œuvres.

L'émergence d'un nouveau théâtre en Ontario français

Depuis le début des années 1990, un phénomène de « contamination » mutuelle du théâtre, l'expression artistique privilégiée des Franco-Ontariens, et des autres formes d'art a bouleversé une discipline a priori axée sur le texte pour la présentation scénique. Bien que les exemples abondent, des productions créées à partir de textes poétiques de Patrice Desbiens par le Théâtre la Tangente, par le Théâtre du Nouvel-Ontario et, plus récemment, par le Théâtre de la Vieille 17, ont été fortement remarquées et primées par une institution en quête de renouvellement. Simultanément, des dramaturges tels Patrick Leroux, Michel Ouellette et Stephan Psenak ont entamé des expériences d'écriture où les arts visuels et la photographie sont utilisés comme sources d'inspiration principales, sans oublier l'émergence de compagnies qui proposent pour la première fois un théâtre de mouvement (Corpus, par exemple).

Dans le contexte d'une multiplication des approches exploratoires favorisée par une institution théâtrale davantage préoccupée par l'innovation que par son rôle de porte-étendard communautaire, Joël Beddows réalisera une série de laboratoires de théâtre visant à creuser le lien « identité/affirmation culturelle/développement communautaire » qui a longtemps servi de balise à la pratique théâtrale et ce, afin de souligner l'aspect universel de textes issus du répertoire franco-ontarien, tout comme des textes en chantier. Il consolidera le nouveau rôle du metteur en scène en tant qu'orchestrateur d'expériences théâtrales où l'écriture [redondant] des metteurs en scène est tout aussi important que celle des auteurs.

La conception d'Exit(s) de Luc Moquin sert d'exemple. Dans le cadre de ce projet, une équipe de créateurs et de chercheurs de diverses régions de l'Ontario français s'est donné pour défi de marier des objectifs perçus comme irréconciliables par la majeure partie des compagnies franco-ontariennes : l'innovation esthétique, le développement communautaire et le développement de nouveaux publics. Cette pièce absurde a pris forme lors d'une série de résidences tenues à Hearst, Penetanguishene, Kingston et Paincourt, où les spectateurs étaient appelés à participer à la création d'une production par l'entremise d'une série de discussions et d'ateliers. Ce mode de création novateur a fait l'objet d'un documentaire de la chaîne TFO.

Récompenses et réalisations

  • Prix Rideau de la Mise en scène de l'année (2013)
  • Prix Rideau Production de l'année (2013)
  • Prix d'excellence artistique avant-scène (2011)
  • Directeur artistique, Théâtre la Catapulte, Ottawa
  • Prix John-Hirsh 2005 du Conseil des arts de l'Ontario pour la rigueur exceptionnelle de son travail d'exploration scénique d'une dramaturgie exigeante et audacieuse; le prix a été remis pour la première fois à un francophone
  • Masque de la production franco-canadienne de l'Académie québécoise du théâtre et prix Jesse-Richardson de la meilleure production jeune public de la saison 2004–2005 pour Cette fille-là de Joan MacLeod
  • Personnalité de la semaine du journal Le Droit et de Radio-Canada pour sa contribution importante au développement du milieu théâtral de la grande région d'Ottawa-Gatineau
  • Prix du jury LeDroit pour sa mise en scène du Testament du couturier de Michel Ouellette et la rigueur de son travail de directeur artistique
  • Masque de la production franco-canadienne de l'Académie québécois du théâtre pour la production du Testament du couturier de Michel Ouellette
Haut de page