Nathalie Bélanger

Carte électronique

Nathalie Bélanger
Professeure et titulaire de la Chaire de recherche sur l'école de langue française et l'inclusion

Bureau : 613-562-5800 poste 4159

Courriel professionnel : nbelange@uOttawa.ca

Nathalie Bélanger

Biographie

L'école de langue française et l'inclusion

Faculté d'éducation

Portée de la recherche

Ce projet de recherche s'inscrit dans le cadre d'un programme de recherche plus vaste ayant trait aux processus d'inclusion et d'exclusion à l'école, à partir d'une perspective sociologique, et en ce qui concerne la définition d'une école ouverte à tous dans un milieu minoritaire de langue française. Ce projet s'adresse :

  • aux expériences des élèves et aux perspectives des parents en milieu minoritaire de langue française ;
  • au degré de partenariat des parents avec l'école de même que leur rôle, étant donné que c'est le personnel scolaire enfin qui détient le pouvoir d'inclure ou d'exclure les élèves dans la salle de classe régulière; et
  • à la pédagogie de l'inclusion que l'on définit comme un espace où les enfants peuvent s'exprimer et faire part de leurs attentes et leurs besoins en matière de socialisation scolaire.

Pertinence de la recherche

La question d'inclusion constitue un enjeu majeur pour la communauté éducative de langue française. De façon plus précise, ce projet de recherche tentera de cerner les représentations des enfants et de leurs parents au sujet de leurs besoins et de leurs attentes en matière de pédagogie d'inclusion.

Dans le cadre de ce projet, la salle de classe est considérée comme un univers politique où des façons d'être et de faire sont privilégiées par le personnel scolaire et où des règles gèrent le quotidien. L'école est aussi comprise dans ce projet comme un univers moderne où les dynamiques d'inclusion et d'exclusion s'avèrent complexes, résultat naturel de la pluralité linguistique des sujets, des performances scolaires diverses, des handicaps et difficultés scolaires qui peuvent exister, ainsi que des multiples appartenances (politiques, religieuses, ethniques, raciales, etc.) des élèves dans une même classe.

Dans cette perspective, les résultats de recherche seront d'un intérêt certain tant pour les conseils scolaires que pour les parents et les ministères de l'Éducation. L'étude contribuera d'une manière importante à l'avancement des connaissances sur l'inclusion et suscitera l'émergence de questionnements importants, tout en alimentant les débats actuels à ce sujet au sein des milieux francophones et éducatifs au Canada.

L'école de langue française et l'inclusion

De façon générale, la problématique de l'inclusion dans les collectivités de langue française au Canada, incluant celles de l'Ontario, souffre d'une pénurie d'information. C'est d'ailleurs la première fois qu'une recherche est menée sur les points de vue des enfants et de leurs parents concernant l'expérience scolaire et l'inclusion dans le contexte des écoles minoritaires de langue française.

Pour cette chercheure, il s'agit d'une continuité de ses travaux antérieurs. Elle a notamment réalisé deux projets majeurs qui lui ont permis de développer une expertise dans le domaine des études sur les minorités, de l'éducation de langue française et la question de la différence, ainsi qu'une plus grande compréhension du milieu éducatif francophone en Ontario.

Objectifs et questions

Le projet de recherche vise deux objectifs plus spécifiques. Le premier : identifier quels parents participent – et de quelle façon ces derniers participent – conjointement avec les acteurs scolaires aux décisions concernant leurs enfants. Le deuxième : examiner le discours des enfants au sujet de la question de la différence et des besoins en milieu franco-ontarien.

Ces objectifs suscitent les questions suivantes :

  1. Quels sont les rôles et la place des parents ou des tuteurs en ce qui concerne l'éducation de leurs enfants relativement aux relations qu'ils entretiennent avec le personnel scolaire?
  2. Comment les enfants définissent-ils leurs besoins, leurs attentes et leurs expériences à l'école minoritaire de langue française, notamment ceux qui, par définition, éprouvent des difficultés à l'école?
  3. Les écoles minoritaires de langue française font face à maintes besoins en matière de recrutement et de rétention de leur clientèle étudiante. Le questionnement visé est donc tout à fait indiqué dans le contexte actuel de changement et de diversité qui caractérisent nos écoles.

Récompenses et réalisations

  • Récipiendaire de subventions de recherche du CRSHC, du ministère de la Formation et des Collèges et Universités et du Secrétariat national à l'alphabétisation, du ministère de l'Éducation et de la formation de l'Ontario.
  • Publication d'un ouvrage aux Éditions du CTNERHI (Paris)
  • Publications de chapitres aux Presses universitaires de France (PUF) et à The Open University Press
Haut de page