Michel Bock

Carte électronique

Michel Bock
Professeur et titulaire de la Chaire de recherche sur l'Ontario français, le Canada français et la problématique identitaire

Bureau : 613-562-5800 poste 1304

Courriel professionnel : mbock@uOttawa.ca

Biographie

L'Ontario français, le Canada français et la problématique identitaire

Faculté des arts
Département d'histoire

Cette recherche permettra d'identifier et d'étudier quelques-uns des grands enjeux qui se sont posés à la fois en Ontario français et au Canada français au XXe siècle, en particulier au niveau de l'évolution des représentations collectives.

Portée de la recherche

  • L'évolution des relations intellectuelles, politiques et culturelles entre le Québec et les minorités de langue française
  • Le rôle des élites intellectuelles et politiques et des mouvements sociaux dans la construction identitaire du Canada français
  • La part du pluralisme, de l'individualisme et de la mémoire dans la construction identitaire de l'Ontario français et du Canada français

Pertinence de la recherche

Cette recherche, qui se situe au carrefour de l'histoire intellectuelle, politique et sociale, permettra d'identifier et d'étudier quelques-uns des grands enjeux qui se sont posés à la fois en Ontario français et au Canada français au XXe siècle, en particulier au niveau de l'évolution des représentations collectives.

Nation, ethnie ou groupe linguistique? L'Ontario français, le Canada français et la problématique identitaire

De nombreux chercheurs s'entendent pour dire que le Canada français, en tant que projet politique et national, prend fin durant les années 1960, dans le contexte de la Révolution tranquille au Québec et de la modernisation des communautés minoritaires de langue française des autres provinces. Les études – peu nombreuses – qui abordent la question des relations entre les minorités et le Québec après cette période concluent souvent à l'existence, chez les premières, d'un sentiment de méfiance et d'incompréhension, voire d'hostilité, par rapport au second. Qu'en est-il vraiment? De quelle manière l'évolution de leurs relations avec le Québec a-t-elle influé sur la façon dont les minorités définissent leur propre identité? L'identité qu'elles se construisent, après la mise au rancart du projet canadien-français, peut-elle encore prétendre être « nationale », ou est-elle plutôt condamnée à se limiter à ses dimensions ethnique et linguistique (au sens strict)? Quelle attitude les minorités chercheront-elles désormais à cultiver par rapport au Québec, foyer historique de la culture française au pays, mais qui a relégué aux oubliettes le projet national canadien-français? Quelle sera leur position par rapport aux gouvernements provinciaux et fédéral, de plus en plus présents dans le développement de leur réseau associatif et institutionnel?

En se penchant surtout sur l'exemple des Franco-Ontariens, cette recherche analysera les conséquences des bouleversements intellectuels, politiques, sociaux et économiques de la deuxième moitié du XXe siècle au niveau de la (dé)construction identitaire des minorités de langue française. La grille d'analyse sera composée, pour l'essentiel, des thèmes suivants : place relative de l'Ontario français dans la francophonie canadienne; conséquences de la laïcisation de la société canadienne-française au niveau des structures et des représentations collectives; évolution de la dynamique interne du réseau associatif franco-ontarien et de son rapport avec les instances gouvernementales; régionalismes identitaires en Ontario français; diversification ethnoculturelle des francophones de l'Ontario.

Récompenses et réalisations

  • Prix littéraire du Gouverneur général (2005) 
  • Prix Michel-Brunet (2005)
  • Prix littéraire Champlain (2005)
  • Médaille de l'Assemblée nationale du Québec (2005)
Haut de page