Cinq éminents chercheurs de l’Université d’Ottawa élus membres de la Société royale du Canada OTTAWA, le 16 novembre 2013 —

Publié le samedi 16 novembre 2013

OTTAWA, le 16 novembre 2013 — Hier à Banff, cinq professeurs de l’Université d’Ottawa se sont vus admis officiellement au sein de la Société royale du Canada, lors de l’Assemblée générale annuelle de cette prestigieuse institution. L’Université d’Ottawa est fière d’annoncer l’élection des professeurs John Bell, Linda Cardinal, Annette O’Connor, Robert Roberts et Patrick J. Walsh à titre de membres de la Société royale du Canada (SRC) — la plus haute distinction qui puisse être accordée à un chercheur ou un universitaire au Canada. 

John Bell -- Département de biochimie, microbiologie et immunologie et l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa

John Bell est un expert mondial de la production de « virus oncolytiques » servant au traitement du cancer. Il a découvert que de nombreux virus ont une préférence naturelle pour les cellules cancéreuses, qu’ils infectent et tuent. Ses recherches montrent que ces virus non seulement détruisent les cellules cancéreuses, mais stimulent aussi l’organisme hôte et déclenchent une réaction agressive anti-tumeur qui prend la relève des virus pour s’attaquer au cancer. Ses travaux ont conduit à des essais cliniques probants de l’efficacité de ce nouveau paradigme thérapeutique.

Linda Cardinal -- École d'études politiques

Linda Cardinal est une spécialiste de réputation internationale qui a contribué de façon novatrice à la recherche sur les minorités francophones du Canada au sein de la politique canadienne et comparée. Tant dans les débats sur les politiques identitaires et linguistiques, que dans ceux sur la citoyenneté, les institutions et la gouvernance, elle a insufflé un nouveau dynamisme et donné une portée internationale à la recherche sur la francophonie canadienne.

Annette O’Connor -- Département d’épidémiologie et médecine sociale

Annette O’Connor a contribué à l’émergence d’un nouveau champ de « partage de prise de decision médicale » grâce aux données qu’elle a recueillies et aux modèles d’intervention novateurs qu’elle a imaginés. Ses études ont permis de mettre à la disposition du personnel médical des connaissances, des outils et des normes applicables lorsqu’il faut informer les patients de décisions de traitement difficiles. Ses travaux ont servi à l’élaboration de nouvelles politiques et de nouvelles lois à l’échelon international régissant le partage des decisions entre patients et professionnels de la santé. Annette O’Connor a joué un rôle crucial dans la création d’un forum académique international consacré à ces questions.

Robert Roberts -- président-directeur général et directeur scientifique de l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa

Robert Roberts a réalisé des percées scientifiques dans les domaines de la biochimie cardiaque, de la biologie moléculaire et de la génétique. Il a mis au point des tests importants rendant possibles l’évaluation des dommages cardiaques chez les sujets victimes une crise cardiaque. En outre, il a découvert la nature des mutations génétiques à l’origine de maladies cardiaques importantes chez l’être humain, comme l’arythmie et l’athérosclérose. Ses travaux, dont la qualité a été saluée internationalement, sont publiés dans des revues scientifiques prestigieuses et lui ont valu de nombreux prix et plusieurs distinctions.

Patrick J. Walsh -- Département de biologie

Patrick J. Walsh, l’actuel président de la Société canadienne de zoologie, est l’un des meilleurs biologistes au monde. Ses travaux intègrent des données relatives au comportement, à la physiologie, à la biochimie, à la génomique et à la toxicologie. Il s’est surtout fait connaître par ses découvertes du métabolisme de l’azote chez les poissons. Ses intérêts scientifiques vont de la théorie évolutionnaire au rôle du poisson dans l’économie du carbone de la Terre, en passant par l’intégration de la régulation acide-base des cellules et de leur métabolisme et les effets des océans et sur la santé humaine.

La SRC a pour objectif premier de promouvoir l’acquisition du savoir et la recherche en arts et en sciences. La Société est composée de près de 2 000 membres, hommes et femmes, choisis par leurs pairs pour leurs réalisations exceptionnelles en sciences naturelles, en sciences sociales, en sciences humaines et en arts.

L’Université d’Ottawa soutient activement la recherche de pointe et favorise le développement des connaissances basé sur une approche interdisciplinaire. Son engagement envers l’excellence attire les chercheurs les plus prometteurs du Canada et du monde entier. L'Université contribue aussi grandement au développement économique de la région de la capitale nationale.

Haut de page