Une chaire de recherche pour trouver de nouveaux traitements en santé vasculaire

Publié le jeudi 28 novembre 2019

Le professeur Philip Wells, spécialiste en thromboembolie veineuse, est le plus récent titulaire d’une Chaire de recherche de l’Université (CRU). L’Université a également renouvelé six CRU dans des domaines aussi variés que la photonique, la culture numérique, les sciences quantiques et l’histoire de la langue française en Amérique du Nord. 

« L’attribution de cette nouvelle chaire et le renouvellement des six autres permettent d’appuyer nos professeurs dans leurs recherches respectives tout en soulignant l’excellence, la pertinence et l’impact de leurs travaux », a déclaré Sylvain Charbonneau, vice-recteur à la recherche.  

Le nouveau titulaire de la Chaire de recherche de l’Université est : 

Philip Wells (Faculté de médecine) – Chaire de recherche de l'Université en recherche sur la thrombose

Le clinicien-scientifique de renommée internationale, Philip Wells, a voué sa carrière à la recherche sur la tromboembolie veineuse (TEV), une condition médicale potentiellement mortelle causée lorsqu’un caillot de sang dans les veines profondes se dégage de la paroi veineuse et remonte jusqu’au poumon. « La TEV est le deuxième trouble cardiovasculaire en importance et représente un fardeau socioéconomique important, avec un coût estimé à 600 millions de dollars par année au Canada », souligne-t-il. Le professeur Wells exploitera l’intelligence artificielle pour développer de nouvelles données analytiques qui détermineront les risques thromboemboliques, notamment chez les patients atteints de cancer. 

Les titulaires des six chaires de recherche universitaire renouvelées sont : 

  • Pierre Berini (Faculté de génie) – Chaire de recherche de l’Université en photonique des plasmons de surface 

Les recherches de Pierre Berini en photonique des plasmons de surface mèneront à l’amélioration des dispositifs médicaux capables de détecter les maladies rapidement et à peu de frais. Ses travaux pourront également servir dans des domaines aussi variés que les télécommunications, les lasers et les métasurfaces non linéaires et fonctionnelles.

  • Anne Broadbent (Faculté des sciences) – Chaire de recherche de l’Université en traitement de l’information et cryptographie quantiques

Anne Broadbent tente de trouver des façons inédites d’assurer le caractère fonctionnel et sécuritaire du traitement de l’information à une époque où les ordinateurs quantiques s’apprêtent à révolutionner notre société numérique.  

  • Colleen M. Flood (Faculté de droit, Section de common law) – Chaire de recherche de l’Université en droit et en politiques de la santé 

Colleen M. Flood s’intéressera à la combinaison optimale de lois et de politiques permettant l’adoption rapide, efficace et équitable de l’intelligence artificielle dans le système de santé canadien.

  • Chad Gaffield (Faculté des arts) – Chaire de recherche de l’Université en recherche numérique 

Chad Gaffield se penchera sur le contexte historique et l’état actuel du savoir universitaire à l’ère de l’intelligence artificielle.

  • Pawel Hawrylak (Faculté des sciences) – Chaire de recherche de l’Université en théorie quantique des matériaux 

Pawel Hawrylak développera des outils théoriques et computationnels permettant la mise au point des matériaux, des nanostructures et des dispositifs quantiques nouveaux, notamment des ordinateurs quantiques qui s’attaqueront aux défis actuels en matière de technologies de l’information et des communications, de la récupération d’énergie, de la sécurité et de la détection.

  • France Martineau (Faculté des arts) – Chaire de recherche de l’Université sur la langue et la migration en Amérique française  

France Martineau portera un éclairage inédit sur les impacts de l’insécurité linguistique sur le maintien du français, sur l’insertion sociale des immigrants francophones et sur l’identité canadienne, en dévoilant les enjeux actuels de la diversité linguistique dans la francophonie. Ses travaux s’intéressent notamment au français dans la grande région d’Ottawa-Gatineau.

 

Pour en apprendre davantage sur les Chaires de recherche de l’Université

Haut de page