Chaires de recherche sur le monde francophone : nouvelles nominations

Publié le vendredi 25 octobre 2019

L.Veronis,L.Bouchard, J.Savard, J.Paquette

De gauche à droite : Luisa Veronis, Louise Bouchard, Jacinthe Savard, Jonathan Paquette et Ahmed Boubeker

 

CRMF : nominations des nouveaux titulaires et du directeur du Collège des chaires

L’Université d’Ottawa est fière d’annoncer la nomination de quatre nouveaux titulaires des Chaires de recherche sur le monde francophone (CRMF), dont deux travailleront conjointement avec l’Institut du Savoir Montfort. 

L’Université se réjouit aussi d’annoncer la nomination d’E.-Martin Meunier à titre de directeur du Collège regroupant ces chaires.

Professeur à l’École d’études sociologiques et anthropologiques (Faculté des sciences sociales) et lui-même titulaire d’une CRMF, il sera chargé d’orchestrer le développement des synergies entre les chercheurs de ce réseau de chaires francophones et les autres chercheurs travaillant sur la francophonie.

 


E.-Martin Meunier Directeur du Collège des CMRF

E.-Martin Meunier le directeur du Collège des CRMF

« En tant qu’université bilingue, nous devons en être fiers. Il s’agit d’une contribution d’importance aux francophonies ontarienne, canadienne et internationale. »


 

« Je suis très heureux et honoré de relever ce défi! », a déclaré le professeur Meunier. « Il s’agit du plus vaste programme de chaires de recherche sur la francophonie jamais élaboré au Canada. » Celui qui veillera à en promouvoir les objectifs ajoute « qu’en tant qu’université bilingue, nous devons en être fiers. Il s’agit d’une contribution d’importance aux francophonies ontarienne, canadienne et internationale. »

Le programme des CRMF poursuit, en l’actualisant, le mandat des Chaires de recherche sur la francophonie canadienne, instaurées en 2003. Il consolidera le positionnement de l’Université d’Ottawa comme chef de file dans la recherche sur les francophonies.

 

Nouveaux titulaires de chaires de recherche

Quatre nouveaux titulaires de chaires de recherche se joignent au Collège des chaires de recherche sur le monde francophone :

  • Luisa Veronis (Faculté des arts) – Chaire de recherche sur l’immigration et les communautés franco-ontariennes

    Chercheuse au Département de géographie, environnement et géomatique, la professeure Veronis est reconnue pour son expertise dans le domaine de l’établissement des populations immigrantes au Canada. Cette chaire permettra de mieux comprendre les possibilités et les défis engendrés par l’interaction entre les communautés francophones établies et les populations immigrantes en Ontario.
  • Louise Bouchard (Faculté des sciences sociales) et Jacinthe Savard (Faculté des sciences de la santé) Chaire de recherche de l’Université d’Ottawa et de l’Institut du Savoir Montfort sur la santé des francophones de l’Ontario

    Professeure à l’École d’études sociologiques et anthropologiques, Louise Bouchard est chercheuse dans le domaine de la santé des populations et de ses déterminants sociaux.  Jacinthe Savard, quant à elle, est professeure à l’École des sciences de la réadaptation; son expertise porte sur l’adaptation des services aux besoins des communautés francophones en situation minoritaire au Canada. Les professeures Bouchard et Savard sont également chercheuses à l’Institut du Savoir Montfort.

    Cette chaire conjointe et pluridisciplinaire a été créée avec l’Institut du Savoir Montfort. Elle vise à améliorer la compréhension des conditions de vie et de l’état de santé des francophones en situation minoritaire, et celle des barrières linguistiques qu’ils rencontrent dans l’obtention des services.
  • Jonathan Paquette (Faculté des sciences sociales) Chaire de recherche en francophonie internationale sur les politiques du patrimoine culturel

    Les recherches de Jonathan Paquette, de l’École d’études politiques, portent sur les politiques du patrimoine dans les régions francophones et sur le colonialisme. Sa chaire vise à apporter, à travers le prisme de l’analyse politique, un éclairage approfondi sur les liens entre les politiques patrimoniales et la décolonisation du patrimoine culturel au sein du monde francophone, cette dernière étant un enjeu majeur dans les rapports entre la France, la Belgique et plusieurs États membres de l’Organisation internationale de la Francophonie.

 

Première Chaire Mobilité francophone

La première Chaire Mobilité francophone a été attribuée à Ahmed Boubeker du Département de sociologie de l’Université Jean Monnet, Saint-Étienne, (France). Les travaux de recherche du professeur Boubeker portent sur les migrations, l’ethnicité en France et la question postcoloniale. Dans le cadre de cette chaire, son expertise sur les enjeux culturels des migrations et sur la complexité des migrations multiples et successives (les transmigrations), contribuera à approfondir les connaissances sur les communautés francophones haïtiennes et berbères qui élisent domicile au Canada.

Haut de page