Dix professeurs reçoivent des bourses de nouveaux chercheurs de l’Ontario

Publié le jeudi 19 mars 2020

Les dix récipiendaires des bourses de nouveaux chercheurs de l'Ontario 2019

En haut, de gauche à droite : Emilio Alarcon, Marceline Côté, Aimée Craft, Ksenia Dolgaleva, Cory Harris

En bas, de gauche à droite : Tiago Mestre, Daniel McIsaac, Lara Pilutti, Adam Shuhendler, Emily Standen

 

L’Université d’Ottawa a obtenu dix bourses de nouveaux chercheurs de l’Ontario. Ce financement permettra aux professeurs de former leur propre équipe de recherche.

« Ces bourses de soutien à nos chercheurs sont la confirmation de l’excellence et du potentiel prometteur de leur recherche », a indiqué Sylvain Charbonneau, vice-recteur à la recherche. « Nous saluons le fait que leurs travaux puissent bénéficier de la création d’une nouvelle équipe de recherche et les encourageons à poursuivre leur quête d’excellence. »

Les lauréats de 2019 sont :

Emilio Alarcon (Faculté de médecine) est professeur au Département de biochimie, microbiologie et immunologie et directeur du Laboratoire de génie et de chimie des biomatériaux à l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa. Ses recherches portent sur la fabrication, le développement et la mise en application de nouveaux biomatériaux et nanomatériaux dotés de capacités de régénération tissulaire pour la régénération du cœur, de la peau, de la cornée et d’autres tissus connectifs.

Marceline Côté (Faculté de médecine) est professeure au Département de biochimie, microbiologie et immunologie. Son laboratoire étudie les virus émergents, tels que le virus Ebola et les coronavirus, et utilise la virologie moléculaire, la chimie biologique et la génétique pour identifier les protéines cellulaires qui jouent des rôles essentiels lors de l’infection virale. Ces travaux visent à mieux comprendre comment cibler les mécanismes de pénétration du virus jusque dans la cellule pour en bloquer sa propagation, afin de trouver de nouveaux traitements antiviraux.

Aimée Craft (Faculté de droit) est professeure de common law et avocate spécialiste du droit Anishinaabe et du droit autochtone canadien. Elle s’intéresse à la gouvernance autochtone de l’eau, à la durabilité des ressources en eau et à l’évolution du paysage juridique dans le Nord de l’Ontario et du Manitoba, où les peuples autochtones sont touchés de façon disproportionnée par l’insécurité hydrique.

Ksenia Dolgaleva (Faculté de génie) est professeure à l’École de science informatique et de génie électrique et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en photonique intégrée. Spécialiste de la photonique non linéaire, elle est reconnue pour ses travaux de recherche en photonique intégrée basée sur des matériaux semi-conducteurs.

Cory Harris (Faculté des sciences) est professeur au Département de biologie. Il effectue des recherches en laboratoire, sur le terrain et dans les communautés pour étudier les propriétés chimiques, pharmacologiques et toxicologiques des produits naturels, et leurs modes d’utilisation. En associant la recherche en laboratoire aux pratiques communautaires, son équipe, qui travaille étroitement avec les patients, les praticiens et les communautés autochtones et avec des partenaires du secteur privé, contribue à assurer l’usage sûr et efficace des produits naturels ainsi que leur réglementation.

Daniel McIsaac (Faculté de médecine) est professeur au Département d’anesthésiologie et de médecine de la douleur et dirige le groupe de recherche sur l’innovation liée au vieillissement en chirurgie et médecine péri-opératoire à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa. Ses travaux de recherche portent sur l’amélioration des résultats chirurgicaux des personnes âgées fragiles, par l’évaluation des interventions et de la performance du système de santé.

Tiago Mestre (Faculté de médecine) est professeur à la division de neurologie du Département de médecine et chercheur à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa et à l’Institut de recherche sur le cerveau de l’Université d’Ottawa. Il dirige la mise en œuvre du programme clinique de traitements de pointe de la maladie de Parkinson et d’autres troubles du mouvement. Ses travaux de recherche clinique sur les troubles du mouvement ont porté sur la mise au point de modèles de soins novateurs pour la maladie de Parkinson et de traitements visant à répondre aux besoins non satisfaits à cet égard.

Lara Pilutti (Faculté des sciences de la santé) est professeure à l’École interdisciplinaire des sciences de la santé. Son travail de recherche explore le rôle de l’exercice dans le traitement et la gestion des handicaps chez les personnes touchées par la sclérose en plaques. La chercheuse s’intéresse également aux différents modes d’application d’exercices de réadaptation sur des patients atteints à la fois de troubles neurologiques et de graves troubles de la mobilité.

Adam Shuhendler (Faculté des sciences) est professeur au Département de chimie et sciences biomoléculaires, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en biologie chimique et scientifique à l’Institut de cardiologie de l’Hôpital d’Ottawa. Son laboratoire de médecine moléculaire développe des agents d’imagerie injectables permettant de rendre visibles des éléments de biochimie qui ne pouvaient pas l’être au moyen de tests diagnostics médicaux tels que la résonance magnétique ou la tomographie par émission de positrons. Ces traceurs d’imagerie, qui ont un potentiel clinique, permettent à l’équipe du professeur Shuhendler de poser des diagnostics et des pronostics par imagerie pour des commotions cérébrales, des maladies cardiaques et des cancers.

Emily Standen (Faculté des sciences) est professeure au Département de biologie. Ses travaux en laboratoire portent sur la biomécanique évolutionnaire et comparative, et son équipe étudie la biomécanique et la physiologie et l’anatomie comparatives pour comprendre l’impact de la morphologie fonctionnelle sur le comportement animal et les processus évolutifs.

Haut de page