L’Université d’Ottawa crée une nouvelle chaire de recherche sur le droit et la gouvernance autochtones

Publié le mardi 18 mai 2021

 KC Adams

La professeure Aimée Craft. Photo : KC Adams

L’Université d’Ottawa a le plaisir d’annoncer l’attribution d’une nouvelle Chaire de recherche de l’Université (CRU) à la professeure Aimée Craft de la Faculté de droit, Section de common law. Déterminée à faire le pont entre les traditions juridiques autochtones et occidentales, cette chercheuse anishinaabe et métisse reconnue internationalement s’intéresse particulièrement aux relations entre les Autochtones et l’État colonial ainsi qu’aux droits relatifs à l’eau.

La nouvelle Chaire de recherche de l’Université Nibi miinawaa aki inaakonigewin en gouvernance autochtone en relation avec la terre et l’eau aura pour mission de collaborer avec les communautés, les gouvernements et les ONG autochtones afin de repenser les stratégies de gouvernance de l’eau et de faire ainsi plus de place aux savoirs et perspectives autochtones dans les processus décisionnels. 


« La professeure Craft s’est notamment donné comme priorité que les savoirs autochtones soient mis sur un pied d’égalité avec le reste en droit, dans les milieux gouvernementaux et dans la recherche universitaire. Cet objectif est au cœur de ses recherches inclusives et interdisciplinaires », souligne le vice-recteur à la recherche, Sylvain Charbonneau. « La création de cette nouvelle chaire et le renouvellement de huit autres donneront un élan aux recherches innovantes qui repoussent les frontières de la connaissance. »

 

L’Université a également renouvelé six autres chaires de recherche dans divers domaines comme la géophysique, la résonance magnétique nucléaire et la santé : 

Pascal Audet (Faculté des sciences) – Chaire de recherche de l’Université en géophysique de la croûte terrestre
Le programme de recherche du professeur Pascal Audet exploite les nouvelles possibilités, collaborations et découvertes à l’international en sismologie des fonds océaniques. Il consiste à étudier les structures des plaques et les processus tectoniques en mer en utilisant des réseaux d’instruments sismiques à large bande au fond de l’océan.
 

David Bryce (Faculté des sciences) – Chaire de recherche de l’Université en résonance magnétique nucléaire
Les recherches du professeur David Bryce visent à approfondir les connaissances sur la structure, la dynamique et les propriétés des composés et matériaux chimiques. Le professeur Bryce s’intéresse plus particulièrement à la spectroscopie de résonance magnétique nucléaire à l’état solide, en employant de puissants champs magnétiques pour examiner le comportement des molécules au niveau subatomique. 
 

Yan Burelle (Faculté des sciences de la santé) – Chaire de recherche de l’Université en biologie mitochondriale intégrative
Le professeur Yan Burelle cherche à mieux comprendre les mécanismes complexes liant la biologie mitochondriale à la santé ainsi que le développement de diverses maladies comme les cardiomyopathies et les troubles musculosquelettiques. Les mitochondries génèrent la plus grande part de l’apport en énergie chimique d’une cellule; dans le domaine de la médecine régénérative, il est d’une importance capitale de comprendre leur rôle dans la détermination du devenir des cellules souches et leur capacité de réparation.
 

Mary-Ellen Harper (Faculté de médecine) – Chaire de recherche de l’Université en bioénergie mitochondriale
Les travaux de la professeure Mary-Ellen Harper portent sur les mitochondries, ces sous-structures dynamiques des cellules essentielles au métabolisme énergétique. Son équipe utilise les approches intégratives dites « omiques » (comme dans « métabolomique ») et les approches mécanistiques en recherche translationnelle pour découvrir l’origine de maladies comme le diabète, l’obésité, les cardiopathies et le cancer, et trouver de nouvelles stratégies de traitement. 
 

Beth Potter (Faculté de médecine) – Chaire de recherche de l’Université en soins de santé pour les enfants atteints de maladies rares
La professeure Beth Potter compte étudier l’efficacité de certaines interventions concernant les enfants souffrant d’une maladie génétique rare en vue d’aider les patientes et patients et leur famille, les fournisseurs de soins de santé et les responsables politiques à prendre des décisions – et ultimement, d’améliorer la santé des enfants. 
 

Vance Trudeau (Faculté des sciences) – Chaire de recherche de l’Université en neuroendocrinologie
Le programme de recherche du professeur Vance Trudeau a pour objectif de comprendre comment les hormones du cerveau contrôlent la reproduction et comment la pollution perturbe ce processus vital essentiel. Le professeur Trudeau est connu mondialement pour sa découverte d’une nouvelle hormone sexuelle, appelée sécrétoneurine, et pour ses recherches sur les effets des polluants sur la reproduction des poissons et des amphibiens. 

 

L’Université d’Ottawa est également heureuse de renouveler deux Chaires de recherche sur le monde francophone :

E.-Martin Meunier (Faculté des sciences sociales) – Chaire de recherche Québec, francophonie canadienne et mutations culturelles
L’objectif principal du programme de recherche du professeur E.-Martin Meunier est de mieux comprendre comment les principales mutations culturelles depuis la Révolution tranquille ont transformé le rapport à la nation et à l’identité des citoyennes et citoyens du Québec et des communautés francophones.
 

Marie-Claude Thifault (Faculté des sciences de la santé) – Chaire de recherche sur la francophonie canadienne en santé
Les recherches de la professeure Marie-Claude Thifault ont pour objectif de présenter des trajectoires de vie et des parcours de soins de personnes aux prises avec un trouble de santé mentale grave, de 1909 à 2019.

Haut de page