Des nouvelles chaires de recherche du Canada pour appuyer l’excellence en recherche à l’Université

Publié le lundi 17 juin 2019

 Kym Boycott, Lionel Briand, Hans Lochmüller, Jason Millar, Maria Musgaard, Brett Walker, Monnica Williams et Jeff Lundeen

De gauche à droite : les professeurs Kym Boycott, Lionel Briand, Hans Lochmüller, Jason Millar, Maria Musgaard, Brett Walker, Monnica Williams et Jeff Lundeen

L’Université d’Ottawa a obtenu trois nouvelles chaires de recherche du Canada (CRC) de niveau 1 et quatre CRC de niveau 2. Ce soutien du gouvernement fédéral aidera nos chercheuses et nos chercheurs à viser l’excellence dans leurs travaux novateurs en santé et en intelligence artificielle. De plus, l’Université est fière d’annoncer le renouvellement d’une CRC de niveau 2 en photonique quantique.

« Grâce à ce soutien du Programme des chaires de recherche du Canada, ces professeurs accomplis et émergents dans leurs domaines réunissent les conditions requises qui leur permettront de miser sur des approches novatrices pour étudier d’importants enjeux sociétaux », a déclaré Sylvain Charbonneau, vice-recteur à la recherche.

 

Les titulaires des nouvelles chaires de recherche du Canada de niveau 1 sont :

Kym Boycott – Chaire de recherche du Canada en solutions santé sur mesure pour les personnes atteintes de maladies rares

Kym Boycott travaille à élargir et à améliorer le diagnostic et le traitement des maladies rares pour permettre aux Canadiennes et Canadiens affectés par ces maladies dévastatrices – près d’un million de personnes – de mieux se porter et de jouir de meilleurs soins cliniques.

Lionel Briand – Chaire de recherche du Canada sur la conformité et la fiabilité intelligentes des logiciels

Lionel Briand utilisera les plus récentes avancées en intelligence artificielle (apprentissage machine, calcul évolutif, traitement automatique des langues naturelles, etc.) pour ouvrir la voie à des stratégies efficientes de vérification et de validation (VV) des logiciels. Son programme de recherche englobe tous les aspects de la VV (analyse préliminaire des exigences système, vérification de la conception, automatisation des essais, surveillance de l’exécution, etc.) et de la sûreté de fonctionnement (fiabilité, sécurité, conformité aux règlements, etc.).

Hanns Lochmüller – Chaire de recherche du Canada en génomique des maladies neuromusculaires et santé

Les recherches de Hanns Lochmüller visent à comprendre pourquoi certaines variations minimes dans le génome humain mènent à des affections neuromusculaires souvent invalidantes, rarement traitables et parfois mortelles chez les enfants et les adultes.

 

Les titulaires des nouvelles chaires de recherche du Canada de niveau 2 sont :

Jason Millar – Chaire de recherche du Canada sur les aspects éthiques du génie robotique et de l'intelligence artificielle

Jason Millar explorera les questions éthiques et politiques soulevées par la robotique et l’intelligence artificielle, et concevra des outils pour aider les ingénieurs et les informaticiens à les anticiper et à les résoudre.

Maria Musgaard – Chaire de recherche du Canada en biochimie informatique

Maria Musgaard mène des recherches qui visent à illustrer les processus physiologiques fondamentaux dans le détail et à mieux comprendre les fonctions des protéines, ce qui pourrait mener à la conception de nouveaux médicaments.

Brett Walker – Chaire de recherche du Canada en spectrométrie de masse par accélérateur et en biogéochimie marine

Brett Walker mène des recherches sur la transformation microbienne et le stockage en eau profonde de la matière organique dissoute et particulaire.

Monnica Williams – Chaire de recherche du Canada sur les disparités en santé mentale

Monnica Williams cherche à comprendre et à améliorer le bien-être psychologique des personnes issues de différentes cultures – en particulier les groupes stigmatisés et racisés – par une exploration des comportements liés à la santé.

 

Le titulaire de la chaire de recherche du Canada de niveau 2 renouvelée est :

Jeff Lundeen – Chaire de recherche du Canada en photonique quantique

Basé sur le photon comme véhicule d’information quantique, le projet de Jeff Lundeen tire parti de la physique quantique pour permettre différentes applications, comme des capteurs d’une sensibilité extrême, des ordinateurs capables de concevoir des médicaments et des systèmes de communication inviolables.

Haut de page