Jacqueline Best

Carte électronique

Jacqueline Best

Bureau : 613-562-5800 poste 1719
Courriel professionnel : jbest@uOttawa.ca

Jacqueline Best

Biographie

Faculté des sciences sociales
École d'études politiques

Axes de recherche

Jacqueline Best est une chercheure de renommée internationale dans les domaines des relations internationales et de l’économie politique. Elle étudie la finance internationale et s’intéresse particulièrement aux crises économiques, aux enjeux politiques de l’inflation et des banques centrales et au pouvoir des idées économiques. Sur le plan empirique, ses recherches sont principalement à caractères historiques et examinent la manière dont les gouvernements des États-Unis, de la Grande-Bretagne et du Canada ont tenté de gérer les crises du passé et comment leurs réponses à celles-ci ont déterminé la forme du monde d’aujourd’hui.

Pertinence de ses recherches

Les recherches actuelles de la professeure Best sont motivées par un désir de comprendre les défis du moment politique présent en traçant l’évolution historique des liens et des tensions entre la démocratie, la politique et l’économie. Ses écrits ont tendance à révéler l’inattendu : par ses analyses du rôle de l’échec, de l’ignorance, de l’exceptionalisme et de l’ambiguïté en matière de politique mondiale. La forme du travail de la professeure est toujours déterminée par des préoccupations d’ordres actuelles dont l’objectif ultime est de comprendre le présent afin de contribuer à la réflexion permettant de construire une économie plus inclusive et juste au Canada et à l’international.

Comprendre les crises économiques hier et aujourd’hui

Jacqueline Best travaille présentement sur un projet financé par une Subvention Savoir CRSH et par des fonds provenant du Leverhulme Trust en Grande Bretagne. Ce projet fut inspiré par son désir de comprendre le long et lent redressement économique des suites de la crise financière mondiale de 2008 et, plus récemment, la montée du populisme autoritaire et droitiste. Ce projet cherche à offrir des explications à nos dilemmes politiques actuelles en examinant une crise antérieure, soit « la guerre contre l’inflation » des années 1970 et 1980, qui fut à plusieurs égards le source de l’ordre économique et politique actuelle.

La professeure Best cherche à réévaluer l’histoire de l’introduction des politiques néolibérales en Grande-Bretagne, aux États-Unis et au Canada. Ses écrits offrent un récit plus complexe des explications conventionnelles qui perçoivent le néolibéralisme comme une force singulière et cohérente ayant réussi à s’implanter. Elle propose plutôt de placer l’emphase analytique sur le rôle central de l’ignorance et de l’échec en plus de l’utilisation irrégulière de l’exceptionnalisme économique. En ce faisant, elle espère contribuer à imaginer différemment le futur politique et économique.

Les conclusions de recherche de la professeure Best furent publiées dans des périodiques parmi les plus reconnues en relations internationales, économie politique et théorie sociale, incluant Review of International Political Economy, International Studies Quarterly, International Political Sociology, Economy and Society, et New Political Economy.

La professeure Best a aussi publié quatre livres importants, notamment The Limits of Transparency (Cornell University Press 2005), Cultural Political Economy (avec Matthew Paterson, Routledge 2010), The Return of the Public in Global Governance (avec Alexandra Gheciu, Cambridge University Press 2014), et Governing Failure (Cambridge University Press 2014).

Elle fut rédactrice de la revue scientifique Review of International Political Economy et de la série de livres RIPE de Routledge, tous deux des publications prestigieuses en économie politique internationale.

Jacqueline Best est récipiendaire de nombreuses bourses et prix, incluant cinq subventions du CRSH comme chercheure principale et récemment du prestigieux Leverhulme Trust britannique.

Aussi, elle écrit fréquemment des articles éditoriaux à visées populaires, tels que des articles de blogue et d’autres ayant parus dans The Globe and Mail, Foreign Affairs, Current History, et Ethics & International Affairs.

Prix et réussites

  • Récipiendaire du prestigieux prix de Chaire invitée du British Leverhulme Foundation remis aux “outstandingly distinguished academics based in overseas universities” (2018).
  • Publication de nombreux articles auprès de revues scientifiques de premier rang et de monographies avec Cornell University Press et Cambridge University Press.
  • Co-rédactrice de la revue scientifique Review of International Political Economy.
  • Récipiendaire du prix du Jeune Chercheur de l’Année pour l’Université d’Ottawa (2006), remis pour la première fois à un professeur hors des facultés scientifiques.
  • Chercheure principale pour 5 subventions substantielles du CRSH..
  • Livres présélectionnés pour le prix en relations internationales de l’Association Canadienne de Science Politique (2015), et pour le prix IPEG du British International Studies Association (2006).
  • Professeure invitée à l’Université de Sheffield, l’Université Oxford, et l’Université de Queensland.
Haut de page