Fonds d’urgence pour la continuité de la recherche au Canada

Le 15 mai 2020, le gouvernement fédéral a annoncé une aide pour le milieu de la recherche dans le cadre du Plan d’intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19. C’est ainsi que le Fonds d’urgence pour la continuité de la recherche au Canada (FUCRC) a vu le jour. Il s’agit d’un programme temporaire qui a pour but d’aider les universités et les établissements de recherche en santé du Canada qui ont subi les contrecoups de la pandémie de COVID-19. L’aide apportée devrait aider à réduire les effets néfastes de la pandémie et à protéger les avantages tirés des investissements importants qui ont été faits à ce jour dans les universités et les établissements de recherche en santé. Elle permettra de maintenir la compétitivité internationale du Canada dans l’économie du savoir mondiale et d’améliorer la santé et la vie sociale et culturelle des Canadiens ainsi que la santé du milieu naturel.

Ce programme interorganisme est administré par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) au nom des trois organismes fédéraux qui subventionnent la recherche : le CRSH, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) et les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Le Comité de coordination de la recherche au Canada (CCRC) assure la surveillance stratégique du programme et approuve les subventions. Le Secrétariat des programmes interorganismes à l’intention des établissements est chargé de l’administration.

Objectifs du programme

Doté d’un budget total de 450 millions de dollars, le programme vise deux objectifs :

  • De façon prioritaire, fournir un soutien salarial aux universités et aux établissements de recherche en santé, qui ne sont pas admissibles à la subvention salariale d’urgence du Canada, afin de les aider à retenir leur personnel de recherche pendant la pandémie de COVID-19 (jusqu’à 325 millions de dollars);
  • Fournir un soutien pour les coûts supplémentaires extraordinaires associés au maintien d’engagements essentiels en recherche pendant la pandémie de COVID-19 et à la reprise à plein régime des activités de recherche une fois que les mesures de distanciation physique seront assouplies et que les activités de recherche pourront reprendre (125 millions de dollars).
Les instituts de recherche en santé affiliés

Vous trouverez ci-dessous une liste d'instituts de recherche en santé affiliés recevant également un financement du Fonds d’urgence pour la continuité de la recherche au Canada :

  • Institut de recherche Bruyère
  • Institut de recherche du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario
  • Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa
  • Institut de recherche en santé mentale du Royal
  • Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa
  • Institut du Savoir Montfort
Méthode de distribution

Processus de décision pour la distribution des fonds reçus du FUCRC

Le processus décisionnel entourant la distribution des fonds à chaque institut de recherche affilié a été décrit dans une entente signée entre l’uOttawa et chaque institut. Plus précisément, la part de la subvention du FUCRC attribuable aux activités de recherche menées par les chercheurs de l’institut affilié a été déterminée par l’Université, sur la base d’un ensemble de données et d’une formule d’allocation selon la même méthodologie utilisée par le FUCRC.

Pour l'étape 1, le financement a été distribué à chaque institut affilié en fonction de la proportion des revenus de recherche non gouvernementaux (fédéraux, provinciaux et municipaux) générés par cet institut (par exemple, les données financières [PDF, 221 Ko] communiquées à l’Association canadienne du personnel administratif universitaire). Veuillez consulter les détails concernant l'allocation interne à l'Université d'Ottawa dans la stratégie d'équité, de diversité et d'inclusion (EDI) de l’uOttawa ci-dessous.

L'Université d'Ottawa n'a pas demandé de fonds pour l’étape 2.

Pour l'étape 3, l'administration du FUCRC se poursuivra avec les processus établis à l'étape 1 (voir les dispositions décrites dans la stratégie EDI ci-dessous), et sera sous la surveillance du comité décisionnel EDI de l'Université d'Ottawa.

Conformément aux exigences du programme, l’uOttawa a établi un processus transparent et ouvert, et l'a largement communiqué à la communauté de chercheurs, à la fois sur un site web public (https://recherche.uottawa.ca/sgr/nouvelles/etape-3-du-fucr-appel-candidatures-chercheurs ) et par le biais de courriels adressés à la communauté de chercheurs. Le mardi 29 septembre, le Cabinet du vice-président à la recherche a envoyé un courriel à la communauté de recherche de l'université pour décrire la troisième étape du programme, les coûts admissibles, le processus de demande et un échéancier. Un modèle de demande a été élaboré pour aider les chercheurs à identifier les coûts directs extraordinaires de la recherche liés à COVID-19, à fournir des justifications pour les dépenses extraordinaires, à expliquer comment la COVID-19 a eu un impact sur leur recherche et à identifier les circonstances particulières qui devraient être prises en compte pour décider de l'attribution des fonds. Nous avons organisé deux webinaires virtuels avec des chercheurs qui avaient des questions sur les fonds reliés à la l’étape 3 du programme. En outre, nous avons travaillé avec les facultés pour encourager les chercheurs à soumettre des demandes. Les chercheurs ont été invités à contacter le personnel de l'administration centrale s'ils avaient des questions sur les exigences du programme ou s'ils voulaient discuter de cas ou de circonstances particulières liés à la pandémie ou non.

Les critères d'évaluation interne à l’uOttawa pour l’étape 3 sont les suivants.

La préférence sera accordée aux personnes dont :

1.  les dépenses déclarées n'ont pas été couvertes par la première étape du FUCRC, par des fonds accordés en lien avec la COVID-19 par des organismes fédéraux qui subventionnent la recherche, par la Fondation canadienne pour l'innovation ou par d’autres mesures fédérales de portée générale en lien avec la COVID-19 (comme la subvention salariale d’urgence du Canada). 

2. les activités de recherche ont subi des effets négatifs reliés à la COVID-19.

Les budgets théoriques de l'étape 3 ont été distribués à chaque institut de recherche affilié en fonction de la proportion du revenu total de la recherche subventionnée généré par cet institut (par exemple, les données financières  [PDF, 221 Ko] communiquées à l'Association canadienne des agents d'affaires universitaires). Le 16 septembre 2020, les établissements affiliés ont reçu un courriel actualisé concernant les nouvelles lignes directrices du FUCRC pour l’étape 3 et les webinaires associés. Chaque institut a développé son propre processus de demande en s'assurant que tous les coûts éligibles étaient pris en compte, garantissant le soutien à la recherche non traditionnelle ou non conventionnelle, basée sur des modes de connaissance indigènes, en dehors du courant dominant de la discipline ou axée sur le sexe, la race ou le statut minoritaire.

La répartition des fonds était la suivante :

Institution

Montants alloués à l’étape 1    

Montants alloués à l’étape 2  

Montants alloués à l’étape 3  

Université d’Ottawa

$3,467,132.77

N/A

$2,690,430.33

Institut de recherche Bruyère

$238,251.74

N/A

$111,120.25

Institut de recherche du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario

$861,406.26

N/A

$315,740.93

Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa

$2,245,588.25

N/A

$610,415.08

Institut de recherche en santé mentale du Royal

$208,607.30

N/A

$49,680.07

Institut du Savoir Montfort

$146,033.63

N/A

$36,064.41

Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa

$5,467,373.05

N/A

$1,688,104.93

Total

$12,634,393

N/A

$5,501,556

 

Stratégie d'équité, de diversité et d'inclusion de l’uOttawa pour le programme de FUCRC

L'Université d'Ottawa est engagée à créer et à maintenir une culture inclusive qui favorise l'équité, la diversité et l'inclusion dans ses environnements de recherche et de leadership pour ses étudiants, son corps professoral et son personnel. Nous travaillons continuellement à l'identification et à la suppression des barrières et des obstacles qui limitent l'accès équitable et les opportunités. L'Université soutient fermement les initiatives qui encouragent la participation des membres des quatre groupes désignés (les femmes, les Autochtones, les personnes handicapées et les personnes qui font partie des minorités visibles), au sens de la Loi sur l'équité en matière d'emploi, ainsi que d’autres groupes.

Objectif

La stratégie d'équité, de diversité et d'inclusion (EDI) de l'Université d'Ottawa se concentre sur l'amélioration des processus décisionnels, de la transparence et de la surveillance de l'équité et de la diversité dans la gestion du FUCR. Cette stratégie aide l'Université d'Ottawa à faire des progrès pour répondre aux besoins de tous les chercheurs, y compris les membres des quatre groupes désignés (femmes, personnes handicapées, peuples autochtones et membres de minorités visibles), les membres des communautés LGBTQ2+ et les autres, afin d'obtenir l'accès au programme et de bénéficier des objectifs du programme - retenir le personnel de recherche touché par la pandémie de COVID-19 et fournir un soutien pour maintenir les engagements essentiels en recherche et soutenir les coûts directs associés à la reprise des activités de recherche.

Limiter l'impact des préjugés inconscients et des barrières systémiques
  1. Formation : Afin de limiter les préjugés inconscients et s'assurer qu'ils sont moins susceptibles d'influencer la prise de décision, tous les membres du comité décisionnel EDI de l'Université d'Ottawa (voir section 2.3 ci-dessous pour plus de détails) et des comités au sein des six instituts affiliés ont reçu une formation sur les préjugés inconscients sous la forme d’un module de formation en ligne. Les administrateurs de recherche des facultés impliqués dans la distribution des fonds ainsi que les bénéficiaires des fonds sont également fortement encouragés à suivre cette formation.
  2. Communication ouverte et transparente : l'Université d'Ottawa a veillé à ce que l'information sur le programme du FUCRC soit largement diffusée en utilisant des moyens diversifiés (note d'information, courriel, bulletin d'information et webinaire) et soit accessible dans les deux langues officielles. L'information a été largement partagée dans toute l'institution - aux hauts fonctionnaires et aux cadres supérieurs, aux administrateurs de recherche, aux chercheurs et à leur personnel de recherche dans les dix facultés et aux six instituts de recherche hospitaliers affiliés. Les principaux points de contact (c'est-à-dire liés au programme du FUCRC, aux ressources humaines, aux finances et à l'EDI) ont été identifiés au sein de l'université pour répondre aux questions ou aux préoccupations en temps opportun. En outre, l'Université a mis en place des voies de communication rapides, efficaces et confidentielles pour répondre aux préoccupations et aux plaintes relatives à l'EDI et a fourni le nom du responsable de chaque secteur spécifique. Les principaux points de contact resteront disponibles pour répondre aux questions pendant toute la période de financement du FUCRC.
  3. Mise en œuvre de processus et de mesures fondés sur des données probantes : l'Université d'Ottawa a mis en œuvre un processus pour distribuer les fonds aux instituts affiliés en fonction de la base de données de l’Association canadienne du personnel administratif universitaire (ACPAU) et d’une formule de répartition utilisant la même méthodologie que celle utilisée par le programme (voir le site Web du programme pour plus de détails). Ce processus a été largement communiqué par le biais d’un webinaire et les diapositives ont été partagées pour consultation ultérieure ou transfert à d'autres collègues. Une entente officielle a été mise en place entre l'Université d'Ottawa et les instituts affiliés, décrivant le processus de distribution des fonds et les exigences en matière de rapports à fournir pour chaque étape du programme. Au sein des différentes institutions, les fonds de la première étape ont été distribués en fonction de l'admissibilité au programme.

Pour couvrir les cas où les besoins pourraient dépasser les fonds fournis (étapes 1 et 2), le comité décisionnel EDI de l'Université d'Ottawa s'est efforcé de s'assurer que toutes les dépenses potentielles étaient remboursées en fournissant des ressources centrales standardisées et un soutien personnalisé à chaque faculté afin de maximiser l'utilisation des fonds fournis par le programme. Pour l'étape 3 - Coûts de maintien et de reprise des activités de recherche : une liste de priorités a été établie sur la base des principes énoncés dans le présent texte.

Dispositions visant à assurer que les situations personnelles n’ont pas d’incidence sur la possibilité de recevoir des fonds
  1. Des mesures proactives pour éviter l'exclusion et la désinformation : Fin mars 2020, le vice-recteur à la recherche a commencé à fournir des conseils aux facultés sur les aides salariales pour le personnel de recherche et les étudiants. Cela a été suivi par un mémo officiel le 30 avril que le vice-recteur à la recherche a envoyé à tous les membres de la communauté de recherche de l'Université d'Ottawa concernant le personnel de recherche pendant la pandémie de COVID-19. Ce message avait pour but d'informer la communauté de recherche que des mesures spécifiques étaient mises en place pour s'assurer que, quelle que soit leur situation professionnelle (qu'ils puissent travailler entièrement, partiellement ou pas du tout), les employés régis par le Règlement 47 (personnel, techniciens, associés de recherche, etc.) continueraient à recevoir leur salaire régulier. De même, les contrats des assistants de recherche (SCFP 2626) et des boursiers postdoctoraux ainsi que les bourses de recherche des étudiants devraient être honorés, quelle que soit leur situation professionnelle.
  2. Création d'un Comité de travail sur la reprise de la recherche (CTRR) à l'Université d'Ottawa : Ce comité est présidé par le vice-recteur associé, soutien à la recherche et infrastructure, et composé de vice-doyens à la recherche représentant les arts, les sciences sociales et humaines et les sciences pures et appliquées. Il est chargé d'évaluer les besoins immédiats de la communauté de chercheurs et d'organiser la remobilisation de la recherche, tout en tenant compte des contraintes et des contextes locaux spécifiques. Par exemple, le CTRR a mis en place de nouveaux horaires d'ouverture pour permettre aux chercheurs et à leurs équipes d'accéder à leurs laboratoires à des heures inhabituelles, comme le soir jusqu'à 23 heures, et le week-end pour offrir une flexibilité bien nécessaire aux parents et aux soignants.
  3. Mise en place du comité décisionnel EDI de l'Université d'Ottawa : Le vice-recteur à la recherche a nommé le comité de gestion du Cabinet du vice-recteur à la recherche (CVRR) pour servir de comité décisionnel EDI pour le programme du FUCRC. Le comité, qui fait partie de la structure de gouvernance de l'Université d'Ottawa, comprend des représentants de divers milieux (c.-à-d. en termes de sexe, d'origine ethnique, de profession et de profils linguistiques). Afin d'orienter le processus décisionnel pour la distribution des fonds, le comité a tenu sa première réunion à ce sujet le 22 juillet 2020.
Dispositions visant à assurer l’inclusion et la valorisation des modes de connaissance autochtones
  1. Alignement sur la planification stratégique de l'Université d'Ottawa : Le Comité visait à s'assurer que l'allocation des fonds du FUCRC s'aligne sur les valeurs et les activités d’EDI identifiées dans les principaux documents de planification stratégique de l'Université, soit Transformation 2030 et les Axes stratégiques de recherche de l'Université d'Ottawa. Cela inclut le Plan d'action autochtone de l'Université d'Ottawa qui définit quatre domaines thématiques qui vise à mobiliser la communauté universitaire pour transformer notre campus et notre culture afin de créer un milieu qui reflète, met en valeur, inclut et soutien la culture et les peuples autochtones sur le campus.
  2. Consultation de personnes clés sur le campus : Une communication a été envoyée aux directeurs des centres et instituts de l'Université d'Ottawa, les informant du programme et leur demandant leur aide pour identifier des dépenses admissibles. Leurs mandats interdisciplinaires soutiennent des individus et/ou des chercheurs dans des domaines qui se concentrent sur les modes de connaissance autochtones ou axés sur les questions ayant trait au sexe, à la race ou au statut minoritaire (c'est-à-dire l'Institut de recherche et d'études autochtones, le Centre interdisciplinaire de recherche sur la citoyenneté et les minorités, le Centre de recherche et d'enseignement sur les droits de la personne, le Centre de droit, politique et éthique de la santé, etc.).
  3. Consultation d'experts en la matière : Le Comité a également élargi ses perspectives en consultant d'autres experts de la communauté de recherche de l'Université d'Ottawa. Parmi eux, certains membres du Comité de recherche sur l'inclusion, la diversité, l'équité et l'excellence (IDÉE) du vice-recteur à la recherche, la professeure Steffany Bennett, conseillère spéciale du recteur sur les questions de diversité et d’inclusion, ainsi que deux titulaires de chaires de recherche ayant une expertise spécifique sur la diversité, les minorités ethniques et les groupes stigmatisés. En ce qui concerne les fonds reliés à la phase 3 du programme, les experts ont noté que la liste de dépenses admissibles développée par le programme était restrictive et ne tenait pas compte la nécessité de soutenir les chercheurs qui ont des baisses de productivité en recherche en raison de lourdes responsabilités en matière de soins aux enfants et aux familles, et les chercheurs en début de carrière qui ont une charge d'enseignement élevée. Ils ont noté que pour s'adapter aux nouveaux modes et formats d'enseignement et pour réviser leurs cours, les chercheurs avaient besoin de temps. Ce constat signifiait qu'ils avaient moins de temps à consacrer à la recherche et ceci pourrait avoir un impact à long terme sur leur carrière.

Pour déterminer les priorités de financement de la phase 3, le comité EDI a pris en compte tous ces éléments dans le contexte global du soutien supplémentaire que l'université apporte aux membres du corps professoral, comme des fonds supplémentaires pour l'acquisition d'équipements et des services pour l'élaboration et la diffusion de cours.

Gestion et rapports post-octroi

L'Université d'Ottawa suivra les progrès et rendra compte des succès obtenus grâce aux activités suivantes :

  • Pour soutenir la collecte de données institutionnelles reliée à l’EDI, l'Université demandera aux chercheurs qui reçoivent des fonds lors de l’étape 1 du Programme du FUCRC de remplir le questionnaire d'auto-identification "Comptez-moi" de l'Université d'Ottawa et d'encourager leur personnel et leurs étudiants à y participer également.  L’augmentation du niveau de participation à l'enquête sera mesurée et les données seront rapportées conformément aux exigences de confidentialité de l'Université, établies par le Bureau des droits de la personne.
  • Les chercheurs qui reçoivent des fonds lors de la première phase du programme seront également encouragés à faire part de leurs préoccupations et à fournir des informations.
  • Le Service de gestion de la recherche : a) organisera un compte rendu de suivi avec les administrateurs de recherche dans les facultés et les instituts affiliés afin de déterminer s'ils ont identifié des obstacles au cours de la première étape de l'administration du programme ; b) consultera de manière informelle les membres d'au moins deux groupes désignés au sein de l'université ; c) surveillera activement les réactions et répondra aux plaintes.
  • L'université remplira toutes les exigences reliées aux rapports à produire dans le cadre de ce programme (pour les étapes 1 et 3), y compris la transmission de toute information liée à l'EDI recueillie par ses instituts affiliés.

Instituts de recherche hospitaliers affiliés

Les six Instituts de recherche hospitaliers affiliés ont développé leurs propres déclarations et stratégies en matière d'équité, de diversité et d’inclusion, en utilisant une approche similaire. Chaque institut a créé un comité décisionnel composé de représentants de divers groupes pour discuter de leur déclaration et de leur stratégie d'EDI afin d'allouer les fonds de manière équitable, diverse et inclusive. Le cas échéant, ils ont aligné leurs stratégies sur d'autres activités institutionnelles existantes reliées à l’EDI au sein de leur institut. L'Université d'Ottawa a examiné les plans, qui sont disponibles sur demande, pour s'assurer qu'ils répondaient aux exigences du programme du Fonds d’urgence pour la continuité de la recherche au Canada.

Coordonnées de la personne-ressource

Pour toutes questions concernant le programme, veuillez communiquer avec :

Terry Campbell
Directrice exécutive, Service de gestion de la recherche
Université d’Ottawa
terry.campbell@uottawa.ca

Haut de page